Les ateliers citoyens de la Licra Paris au Stade de France


Licra-Paris et Stade de France

Billet d’humeur

RUGBY URBAN ATTITUDE a organisé un grand rassemblement sportif et citoyen, le samedi 31 mars 2012 à l’occasion de la rencontre Stade Français Paris – Stade Toulousain. Cet événement s’inscrit dans le cadre du Tournoi des VI Quartiers qui a lieu en Ile de France, au cours de la saison 2011 / 2012.

Des filles et des garçons âgés de 8 à 17 ans issus de 6 départements d’Ile-de-France (Hauts-de-Seine, Paris, Yvelines, Seine Saint-Denis, Val-de-Marne, Val d’Oise) participent à des ateliers avant d’assister au match.

 

Pour animer les ateliers citoyens, il a été fait appel à la Licra-Paris et plus particulièrement à l’équipe Education. Les membres de cette équipe se sont trouvées dans l’alternative de répondre présentes ou de faire constater que la LICRA ne répondait pas à ses engagements.

 

Françoise Loeb et Liliane Rosenberg se sont partagé les dix groupes présents accompagnés d’un éducateur.

 

Les ateliers ont commencé plus d’une demi-heure après l’heure prévue ; les ateliers des plus jeunes avaient lieu dans une salle près des toilettes qui sentait mauvais. Il faisait froid et il y avait du flottement dans l’organisation.

 

Le jeu « De Maux en Mots » a plu au groupe des 8/12 ans. Les enfants ont participé activement et voulaient s’exprimer et réfléchir. L’ambiance était chaleureuse et la compétition leur plaisait. L’outil pédagogique est intéressant et aide énormément. Par exemple, le droit de vote, en élargissant sur le droit de vote des femmes a suscité des réactions et des réflexions. Le racisme et l’antisémitisme ont été définis immédiatement.

 

Pour les groupes des 13/17 ans, il est difficile d’imaginer l’utilité d’un atelier d’un quart d’heure, sans support, entre une course chronométrée et un atelier Passes ou Placage. Les jeunes qui veulent bien participer disent qu’ils ont déjà travaillé ces thèmes au collège (cela se voit et on n’a pas le temps d’approfondir) quand aux autres, leur refus vient aussi de la sensation d’être encore au collège et ils ne sont pas là pour cela.

 

Nous aurions aimé savoir si ces ateliers ont apporté quelque chose aux jeunes car, pour les interventions en milieu scolaire, le professeur nous donne son avis après l’intervention. A la fin des ateliers, on nous a laissé seules, il n’y a eu aucun échange avec les animateurs. Cela nous a manqué.

 

L’ensemble de ces constatations pose la question du maintien de cet atelier « citoyen » qui dure 15 minutes.

 

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Conception et design : www.kromogen.eu