Succès de la cinquième édition du salon du livre de l’antiracisme de la Licra Paris: Tours et détours !

11 mars 2012
14:00à19:00
14:00à19:00
14:00à19:00

 

La 5e édition du Salon du livre de l’antiracisme et de la diversité organisée par la Licra Paris en partenariat avec la Mairie du VIe arrondissement et la librairie La Procure a été un véritable succès. La salle des fêtes de la Mairie du 6e arrondissement a été investie par de nombreux lecteurs venus faire signer leurs livres et discuter avec la quarantaine d’auteurs présents.

Un public très divers est allé à la rencontre de ces auteurs et de leurs livres passionnants, de nombreuses personnes ont également découvert la Licra Paris, notre combat et nos actions.

 

La Table ronde a constitué un moment fort du Salon : cinq participants, une salle comble et une question passionnante : « Lorsque les témoins disparaissent quels sont le rôle et la place du travail de mémoire ? ». Autour de Laure Adler, Pierre Nora, le Grand Rabbin de France Gilles Bernheim, Alexandre Adler et Pascal Blanchard ont tenté d’y répondre.

 

 

La défense de l’histoire contre les abus de la mémoire (Pierre Nora)

Selon Pierre Nora la France est passée d’une identité nationale à un régime d’identités multiples. Auparavant la population était réunie sur une histoire commune à l’école puis chacun avait sa propre histoire, sa mémoire privée en dehors de l’école. Aujourd’hui, explique-t-il, ce système n’est plus et la mémoire qui était libératoire est devenue tyrannique, voire terroriste.

 

La distinction essentielle entre le devoir de mémoire et le devoir de savoir (Le Grand Rabbin de France Gilles Bernheim)

Le Grand Rabbin de France Gilles Bernheim a souhaité différencier le devoir de mémoire du devoir de savoir. Le devoir de mémoire est, selon lui, un devoir moral, civique, qui a pour objet de souder une communauté tandis que le devoir de savoir est une réflexion, une connaissance de l’histoire. Le Grand Rabbin a insisté sur le fait que le devoir de mémoire pouvait être préjudiciable car la compassion pour les victimes n’aide pas à comprendre comment des hommes ordinaires ont pu devenir des bourreaux  alors que le devoir de savoir peut permettre d’y répondre.

 

La capacité d’assumer l’histoire tient au fait que l’histoire est en train de disparaitre (Alexandre Adler)

Pour Alexandre Adler, la mémoire des victimes est transmise à leurs descendants et, notamment, à leurs petits-enfants qui peuvent prendre de la distance par rapport au récit de leurs grands-parents. Selon lui la mémoire familiale s’assimile au fil des générations. Il ajoute que la transmission de la mémoire par l’écrit et non pas forcément par la parole doit être privilégiée.

 

Le travail de l’histoire n’a pas pu se faire concernant l’histoire des populations issues de la colonisation (Pascal Blanchard)

Pascal Blanchard a pointé dimanche l’absence de mémoire de la colonisation. Il insiste sur le fait que la France, pays des droits de l’homme, a honte de son passé de colonisateur qui n’est autre que la négation des droits de l’homme, les colonisés n’ayant que des devoirs. De nombreux Français dont les parents sont issus de la colonisation ne retrouvent pas leur histoire car celle-ci a été minorée. Aujourd’hui les mémoires de ces personnes issues de ces histoires marginalisées ont la parole.

 

Le Salon s’est clôturé par la remise du prix de la Licra.

Chaque livre a son prix : le prix Goncourt récompense l’ouvrage d’un auteur d’expression française, le prix de Flore couronne un jeune auteur au talent prometteur et, depuis cinq ans, le prix de la Licra récompense un auteur défendant les valeurs de la lutte contre le racisme et l’antisémitisme. Dimanche, ce prix a été remis à Pascal Blanchard pour l’ensemble de ses travaux.

 

Pour voir l’intégralité des photos du Salon du livre : cliquez ici

La 5ème édition du Salon du livre de l’antiracisme et de la diversité, ce sont aussi des images dont nous remercions la Mairie hôte :

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Conception et design : www.kromogen.eu