Journée Mondiale de la Poésie le 1er Décembre 2013: Les voix de l’Universel

1 décembre 2013
10:00à18:00

Sous le signe d’un humanisme fraternel, multicolore et militant, s’est déroulée, le 1 décembre 2013, à la présence d’un public fidèle et nombreux, la XXV Journée Mondiale de la Poésie à la Salle des Fêtes de la Mairie du XIV Arrdt. dont le thème était « Les voix de l’Universel ». Contre toute pulsion xénophobe et dérive négationniste, la poésie engagée s’est faite « arme miraculeuse ».

Co-organisée par Giulia Bogliolo Bruna, présidente de « Poesia 2-Ottobre », la Mairie du XIVème Arrdt. en partenariat avec la LICRA Paris, la manifestation bénéficiait de l’adhésion du Président de la République Italienne, M. Giorgio Napolitano, du Haut Parrainage de Mme.Yamina Benguigui, Ministre déléguée chargée de la Francophonie et du parrainage  du Maire de Paris, M. Bertrand Delanoë.

Chez les Grecs, la déesse de la Mémoire, Mnémosyne, était aussi la déesse de la Poésie. Souviens-toi, n’oublie pas… Face à la recrudescence de l’antisémitisme, la Journée a souhaité rendre hommage à la mémoire de deux anciennes déportées, Yvonne Broder et Françoise Maous au travers d’un florilège de poèmes écrits par des anciens Déportés et des tous jeunes écoliers de l’XI Arrdt. dans le cadre d’interventions scolaires d’Odette Szylit, Yvette Wirtschafter et Martine Bernheim. Moment de vibrante émotion et de recueillement lors de la lecture à trois voix de Sarah Rivière Delajoux, Margie Bruna et Isabelle Quentin-Lévi, petite-fille d’Yvonne Broader. Le Président de la LICRA Paris, Gerard Unger a rappelé, illustrant brillamment ses propos par deux poèmes choisis de Lamartine, que le verbe poétique redonne voix à un monde naturellement pluriel,  mariant  le singulier à l’universel.

La poésie pour résister à la barbarie, a développé Martine Benayoun dans son intervention, mais la poésie pour exister, pour trouver « la force de regarder demain ». Dans une effervescente polyphonie de voix et d’accents, dans une efflorescence merveilleuse de langues, une trentaine de poètes, musiciens et comédiens ont témoigné de leur foi dans l’Humain. La connaissance du passé s’impose comme conditio de liberté. Ainsi, par la parole poétique les mémoires s’entrecroisent et se fortifient : celle de l’esclavage, de la colonisation et de la négritude (Liliane Tetsi, Myriam Guilhot, Philippe Cantinol), celle de l’exil forcé (Julio Lasks, Mohamad Djalali). Artiste de la Paix de l’UNESCO, Guila Clara Kessous, nommée membre d’honneur de Poesia-2 Ottobre, a clôturé la Journée par intervention toute en finesse : la poésie se fait ainsi chemin privilégié vers un Universel riche de toutes ses différences.

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Conception et design : www.kromogen.eu