Combattre les discriminations : expérience dans une école élémentaire de l’Essonne

Les interventions se sont déroulées dans les 9 classes de l’établissement (226 élèves) : pendant 1/2h dans les classes de CE1 et CP ; 3/4h dans les autres classes, toujours en présence de l’enseignant. Nous avons utilisé comme support un très court métrage d’animation sans parole: Baroqu’en roll.

Les élèves ont toujours été très attentifs lors de la projection. Les moqueries racistes figurant dans la vidéo ont fait rire quelques enfants dans une seule classe, les autres élèves semblaient avoir compris que les personnages étaient à cet instant « méchants ».

Dans chaque classe, la moitié des élèves levaient le doigt et répondaient ; les réponses étaient en général justes et même quelquefois étonnement pertinentes compte tenu de leur âge. Une fillette parlant d’une humiliation l’a décrite comme faisant « froid au cœur ».

Dans chaque classe, des élèves ont su faire la synthèse de ce qui leur était présenté.

Sollicités, plusieurs enfants ont raconté leur expérience de nouveaux venus dans l’école, expérience contrastée.

Nous avons eu l’impression de les avoir amenés à réfléchir sur leur comportement, par exemple :

- la plaisanterie sur le copain qui ne fait pas tellement rire celui qui en est l’objet et à qui on n’a pas pensé à demander si cela lui plaisait d’être ainsi traité,

- le sexisme ordinaire («c’est à toi de mettre la table parce que tu es une fille » dite par le frère) qui a été une révélation pour certains.

Dans cette école, nous avons été en présence d’enfants mignons, intelligents, cultivés et en grande majorité protégés, mais qui dans la cours de récréation ont eu des comportements racistes et trouvent normal de rendre coup pour coup.

Nous avons trouvé cette expérience tout à la fois intéressante, charmante, stimulante et…fatigante.

 

Françoise Djiane (Hauts-de-Bièvre) – Françoise Loeb (Paris)

 

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Conception et design : www.kromogen.eu